Le 23 novembre 2019, en cette journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, nous sommes descendu-e-s dans les rues. A l’appel des collectifs #NousToutes et #NousAussi, nous défilions pour dire non aux violences de toutes formes.

Cela faisait longtemps qu’autant de femmes n’avaient pas manifesté pour une cause féministe en France. Le 23 novembre, 100 000 personnes sont descendues dans la rue dans tout l’Hexagone. C’était beau, c’était magnifique! Et bien sûr j’y étais. Je faisais partie du groupe Alerta Feminista, un groupe de militantes d’Amérique latine vivant en France. Nous défilions avec le cortège inclusif #NousAussi.

Je défilais avec la perruque rose des Socorristas argentines et le foulard vert des féministes d’Amérique latine. Ce foulard est signe d’engagement en faveur de la légalisation de l’avortement. Vous le retrouvez sur de nombreuses personnes de notre groupe.
De leur côté, des militantes chiliennes marchaient avec un bandeau sur l’oeil, symbole de la violence d’Etat qui s’est abattue ces dernières semaines sur les manifestant-e-s descendu-e-s dans la rue contre la vie chère, et qui a causé de nombreuses mutilations.

Quelques photos de la manif… sur le site d’info Les Nouvelles News.

En Espagne, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé à travers le pays, à Madrid, Barcelone, Valence, Saragosse et Bilbao.

Le 25 novembre, c’était au tour des Argentines de s’exprimer dans les rues. Les Socorristas étaient présentes, évidemment!

Retour en France: malheureusement, le résultat du Grenelle des violences conjugales, entamé quelques semaines auparavant et qui s’est achevé lundi 25 novembre, a été très décevant. Voici le communiqué de presse publié à ce sujet par Osez le féminisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.